SafeBoda, l’Uber des moto-taxis ougandais

Les moto-taxis sont un mode de transport très développé dans certains pays d’Afrique.  En Afrique de l’Ouest on peut citer entre autre les célèbres Zémidjans qu’on peut retrouver à Lomé ou à Cotonou. En Ouganda, on les appelle les boda-boda et leur origine remonte à l’époque des indépendances.

Le principal avantage des moto-taxis est que le prix de la course est largement inférieur à celui proposé par les taxis classiques et qui leur permet de rester à la portée des ménages plus modestes. De plus, ils se faufilent assez facilement entre les véhicules, très pratique en période de forte affluence sur les routes. Ils peuvent éviter également les nids-de-poule qui parsèment par centaines nos routes africaines.  Et de manière assez générale, ils comblent le réseau de transport public des métropoles africaines.

http://klear.com/profile/SafeBoda
SafeBoda, conduire en sécurité

Abordons maintenant les inconvénients : principalement les nombreux accidents de la route occasionnés par les moto-taxis. Cause ou victime, les répercussions sont tout aussi terribles. Un autre inconvénient tout aussi conséquent : la pollution qui est engendrée par les nombreux véhicules à deux roues. On peut également citer les taxi-motos clandestins. Tous ces aspects contribuent à développer une mauvaise réputation autour de ce mode de transport.

En Ouganda,  à Kampala précisément, pour répondre à ces différentes problématiques, Ricky Rapa Thomson, 28 ans, a co-fondé SafeBoda avec l’aide de Maxime Dieudonné, Alistair Sussock, et l’entreprise rwandaise de technologies mobiles Hehe Labs. Ricky est un ancien moto-taxi, aujourd’hui reconverti en entrepreneur et qui organise des visites de Kampala en moto (référencé dans le top 5 des activités à faire à Kampala par le site Trip Advisor). SafeBoda propose un service de transport plus sur  grâce à sa flotte de mototaxis. Les chauffeurs sont formés pour délivrer un service client de qualité, ils reçoivent également des leçons de conduite et de formation au premier secours délivrée par la Croix-Rouge. Moyennant une contrepartie financière de 10 000 shillings (soit environ 4000 FCFA ), SafeBoda met à leur disposition un smartphone, un gilet réfléchissant et deux casques pour le client et le chauffeur. Les chauffeurs taxis sont recrutés très soigneusement et rigoureusement par la start-up. La flotte SafeBoda compte aujourd’hui une centaine de chauffeurs enregistrés, répartis dans 20 stations à travers la ville, localisables et contactables par les clients grâce à une application sur téléphone mobile.

Alors comment SafeBoda fonctionne pour un client lambda ?

Un client muni d’un smartphone demande par l’intermédiaire de l’application SafeBoda à un chauffeur enregistré et présent sur une des stations de la start-up,  de venir l’emmener d’un point A à un point B.  Et tout ça grâce à un simple clic.  

Ce modèle rappelle sans équivoque le modèle offert par la société Uber maintenant déployée dans 51 pays dans le monde et dans plus de 200 villes. Grâce à l’application Uber, les utilisateurs souhaitant se déplacer sont directement mis en relation avec des conducteurs réalisant des prestations de transport. Beaucoup d’utilisateurs trouve ce moyen très pratique et souvent moins cher qu’une course de taxi classique, se distinguant également par un service client très attractif. Uber n’est évidemment pas le seul acteur sur ce marché et on peut citer notamment Lyft, un des concurrents d’Uber.

Aujourd’hui SafeBoda est considéré comme le Uber des moto-taxis et vise une flotte de 1000 boda-boda en à peine une année d’existence.

Et au Niger où en est-on ?

Les moto-taxis n’existent pas au Niger, du moins de manière formelle. Beaucoup prête cette absente au lobby exercé par les chauffeurs de taxis classiques qui possèdent le monopole dans la capitale nigérienne et les autres villes du pays.

Il est également intéressant de noter en comparaison avec le service offert par la société Uber que la prestation de service de chauffeur privé et/ou de taxi privatif peine difficilement à prendre essor au Niger. On peut citer dans ce domaine Africar Niger qui propose un service de taxi VIP.

Un autre point à soulever concerne les initiatives prises en termes de sécurité routière et sécurité des passagers, aujourd’hui peu de projets sont orientés vers ces deux problématiques. Un projet semblable à SafeBoda permettrait de sensibiliser les clients et les chauffeurs aux lacunes sécuritaires en termes de transport existantes dans notre pays, générer des prestations de meilleure qualité et enfin créer un véritable service client.

Le volet concernant les moyens de paiement est aussi à prendre en compte ainsi que les habitudes de paiement des nigériens : proposer un complément de paiement par mobile pour renforcer la sécurité des chauffeurs ? Cela peut être un axe de réflexion.

Enfin la technologie n’a pas fini d’améliorer le quotidien des Africains et des projets de plus en plus intéressants émergent dans bien des domaines.

Hariettou

Sources :

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/06/24/en-ouganda-l-uber-des-motos-taxis_4660651_3212.html

http://actu.orange.fr/monde/ouganda-une-start-up-se-veut-l-uber-des-moto-taxis-securite-en-plus-afp_CNT000000bph6T.html

Pour aller plus loin :

http://www.safeboda.com/

http://africar-niger.com/FR/PAGE_Taxi_VIP.php

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s